Un modèle prédictif maya
Étude de l'utilisation des Systèmes d'Information Géographique dans le cadre d'un projet archéologique multi-échelles
Page précédente Table des matières Page suivante

B. La géodatabase

1. Choix du format

Les géodatabases sont un outil très efficace pour stocker et gérer les données au sein d'un SIG. Elles permettent en effet de centraliser les données dans une structure adaptée, offrant des possibilités de gestion, stockage et contrôle très intéressantes. Dans le cas d'un projet archéologique, deux solutions sont principalement envisageables, résumées dans le tableau suivant (ESRI 2008)⁠.

Géodatabase fichierGéodatabase personnelle
Chaque donnée est stockée dans un fichier séparé, la géodatabase étant constituée de dossiers contenant ces fichiersCette géodatabase est stockée dans un unique fichier Microsoft Access
Taille illimitée (la taille de chaque donnée étant limitée à 1 Tb par défaut)Taille limitée à 2Gb, mais l'éditeur précise qu'au delà de 500Mb les performances sont dégradées
Multi-plateformesLimité à Windows
Possibilité d'utiliser un format compressé en lecture seule pour économiser de l'espace disqueLes attributs peuvent directement être édités avec OpenOffice Base ou Microsoft Access

Afin de prendre en compte les perspectives d'évolution du projet, et notamment la taille des données gérées, le modèle choisi a été celui de la « file geodatabase ». Par tous ses aspects, ce format est plus intéressant que le second envisageable. Le format « ArcSDE geodatabase » qui s'appuie sur des serveurs Oracle, Microsoft SQL ou encore PostgreSQL n'est pas considéré ici, les capacités offertes par ces solutions dépassant les nécessités d'un projet archéologique tel que celui étudié.

2. Les jeux de classes d'entités

L'organisation interne de la géodatabase doit être pensée pour répondre aux besoins du projet après prise en compte des possibilités offertes, notamment la création de topologies permettant de contrôler les données (Booth & Mitchell 2001; Pirot & Saint Gerand 2005)⁠. Celle mise en place dans le cadre de cette étude pour le projet El Pilar est divisée en plusieurs jeux de classes d'entités :

Illustration 3: Nouvelle structure du SIG

Il est bon de noter que les images raster ne sont pas stockées directement dans des jeux de classes d'entités au sein de la géodatabase. Afin d'éviter que deux classes d'entités situées dans deux jeux différents n'aient le même nom, ceux-ci sont précédés par l'initiale du jeu concerné.

css Copyright © 2018 Sébastien Merlet (Sebeto) xhtml