Un modèle prédictif maya
Étude de l'utilisation des Systèmes d'Information Géographique dans le cadre d'un projet archéologique multi-échelles
Page précédente Table des matières Page suivante

3. Outils de contrôle mis en place

Afin de s'assurer de la qualité des données, certains processus de contrôle peuvent être utilisés. Dans l'étude réalisée, les topologies servent ainsi à assurer divers aspects importants de la qualité au niveau des sites ou encore des sols.

i. Topologie de contrôle des sites archéologiques

Illustration 4: Sites archéologiques

Cet exemple de mise en place d'une topologie permet de vérifier que les points sont bien dans le périmètre des transects correspondants (classes de polygones). Il est en effet important pour le modèle prédictif de connaître l'étendue des levers effectués lors de l'entraînement par la méthode des Weights of Evidence (cf. IV. Méthode de conception d'un modèle prédictif).

Ce type de contrôle permet également de s'assurer qu'aucune manipulation malheureuse n'a amené à placer un site au mauvais endroit lors d'une séquence d'édition. Les règles définies dans cette topologie sont les suivantes :

Dans le cas où un site serait en dehors de l'étendue d'un des levers, la validation de la topologie ferait apparaître ce problème qui pourrait alors être corrigé.

ii. Topologie de contrôle des sols

Les topologies sont également très utiles pour des opérations de contrôle lorsque des données provenant de sources différentes sont mises ensemble. Des problèmes n'apparaissant pas lors d'un examen visuel effectué avec ArcMap peuvent ainsi être identifiés et corrigés.

Illustration 5: contrôle de la fertilité des sols

L'Illustration 5 montre le résultat d'une topologie appliquée à des données de fertilité des sols. Les règles utilisées dans cet exemple sont de deux types :

Cette carte des sols réalisée dans le passé (Sifuentes 2005)⁠ apparaît correcte visuellement dans ArcMap, mais la validation de la topologie montre que ce n'est pas réellement le cas. La délimitation du contour extérieur vient de la seconde règle et ne constitue pas un problème. Il en est de même pour le tracé de certaines rivières non incluses dans les polygones à l'ouest. En revanche, de nombreux problèmes sont visibles le long des frontières entre le Guatemala, le Bélize et le Mexique. Lorsque les données de ces différents pays ont été regroupées, l'accrochage n'a pas été respecté et les côtés des polygones ne coïncident donc pas parfaitement, d'où la présence de vides ou de zones de superposition.

Ce genre de problème a son importance lors de l'application de la méthode des Weights of Evidence : les images rasters créées à partir de fichiers contenant de telles erreurs contiendront en effet des zones de NoData biaisant les probabilités calculées. Grâce à l'utilisation de topologies, ces problèmes sont identifiés et aisément corrigés en éditant manuellement les données dans ArcMap ou en utilisant par exemple l'outil « integrate » de Spatial Analyst pour supprimer les problèmes de faible dimension.

css Copyright © 2018 Sébastien Merlet (Sebeto) xhtml